Lucien BLOT musicien

A travers des extraits de mon livre, ces 3

pages illustrent les débuts d'une Vie en Musique.

Grâce aux souvenirs de mes premiers émois musicaux met surtout aux cahiers de mes activités tenus par Suzette Blot de 1960-61-62-63-64, ces 3 pages retracent la vie du jazz à Paris de 1952 à mars 64  date à laquelle je vais partir pendant 2 ans, à l'aventure, pour l'Extrème Orient : au  Japon puis à Hong-Kong.

 

Dans "Lucien Blot musicien" : c'est l'étude "fantaisiste" du violon, puis en autodidacte celle de la guitare. Avec, vers 18 ans, un 1er bœuf au Baxter-club, rue Chaptal à Paris. C'est une rencontre décisive avec le tromboniste et poète Jean-Pierre Lesigne. En 1954, la Marine Nationale nous réunit pour 27 mois. A Toulon, J-Pierre monte le "Drum's Club". Escapades à Marseille pour faire des bœufs au St Jam's.

En 1957, en chantant quelquefois avec ma guitare à L'Etable à l'Odéon, où passe Hugues Aufray. le pianiste fantaisiste chanteur José Marchese me propose de partir 4 mois au Club Méditerrannée. J'abandonne mon métier de dessinateur industriel et je deviens pro avec Jacky Césaire et Vali Mayer. A Monetier les bains je rencontre de Zizi.. qui deviendra ma femme En 1959 José m'emmène pour la saison d'été à Gammarth en Tunisie dans son quartet local. Là, je suis obligé d'apprendre la contrebasse dans les tangos !

A Paris, je deviens bassiste chez les "Dixi's cats : de Richard Bennet avec Stef Guerault. Les matinées du dimanche dans le mythique "Bœuf sur le toit". Au "Vieux-Co", je fais partie du sextet New-Orléans de Raymond Fonsèque, fameux tromboniste puis dans celui du quartet du fameux Sax ténor J-C Forenhbach. Enfin, pour 1 mois dans le groupe de Jacques Lautier à Manheim.

 

Dans "Itinéraire d'un Jazzman": en Janvier 61, je deviens le bassiste du sextet-N.O. de Marc Laferrière. En décembre 61, le bassiste de Jacques Lautier pendant 1 mois à Cologne.

En Février 62 Raymond Fonsèque me prend à la guitare pour l'affaire  de "Ker Samba", cabaret où la musique ne s'arrête pas de 9h 30 à 2 ou 4 heures, voir plus... quand Ava Garner amène sa bande... Deux orchestres chaque 1/2 h. se relaient. A l'époque, le groupe vedette cubain est "Los matecocos". Ils ont des contrats de 2 mois. En juillet-août le cabaret ferme.

Pendant l'été, je prends du service au Casino de Biarritz où je vais jouer de la guitare au côté du sambiste brésilien Ney del Castro. En fin de saison, Ney me propose de devenir son bassiste au cabaret "La grande Séverine. Trois groupes y jouent tous les soirs... Au sous-sol un quartet de Jazz avec René Urtreger,Chet Baker vient "en amateur" ! Au rez de chaussée : notre quintet brésilien avec soirée carnaval tous les vendredi... et au 1er étage : un groupe tzigane-russe de 6 ou 7 musiciens. Folie tous les soirs assurée !

Contrat de 10 jours en fin d'année 62 à Crans/Sierre avec la douce trompette du grand jazzman Bill Coleman.

Dans 63/64 Jacques Hélian et Blue Note. Retour à Ker-samba où pendant 6 mois,je vais m'initier tous les soirs à la musique cubaine. Le nouveau groupe est dirigé par Gonzalo Fernandez, un fabuleux flûtiste, il parle français. Nos deux groupes sont demandés dans les fêtes autour des arcanes du pouvoir Rothshild, Duc de Beaumont etc. Puis les évènements d'Algérie visent Ker samba, Le cabaret est fermé pour un moment. Le bassiste quitte le big band de Jacques Hélian pour accompagner Richard Anthony . Il me propose de le remplacer. C'est pour moi une nouvelle aventure, je vais cotoyer quelques pointures de Jazz et des fabuleux lecteurs... et puis l'orchestre "Hélian" dont j'étais "fan" depuis la sortie de la guerre...

Les galas Hélian, 1 ou 2 par semaine me permettaient de bien vivre. D'autre part, je devenais connu de la génération précédente, un jour on m'a téléphoné pour remplacer le bassiste du Blue Note ! Là, j'accompagnais des grosses pointures de passage : Kenny Drew... Roy Hayes, Urtreguer, J.Luc Ponti, etc...

 

sign men at work 02

 

Dans "Retour en France" : cette page après 2 ans d'absence, évoque son désarroi. Oublié du monde des jazzmen parisiens, il découvre que ces 2 années de bonheur en Asie l'ont profondement marqué, qu'il existe une façon de vivre en totale liberté... Les évènements de mai 68 vont lui faire rencontrer Francine avec qui il projette de repartir cette fois dans l'autre sens ! : destination Brésil...

Dans "  Duo Francine et Philou" :  la première page sous forme d'un journal de bord est écrite par Francine . Elle fait vivre leur errance à New-York puis au Mexique, les difficultés rencontrées pour monter un répertoire... les répétitions houleuses et les péripéties pour obtenir des contrats !  Puis l'a "fuite" vers le Québec où les attende des démélés avec les syndicats des musiciens  puissants dans toute l'Amérique du Nord ( +2 audios).

La 2ième page ... A Hong-Kong obtenir un travail devient plus simple, la grande majorité des musiciens sont des  philippins, après 1 mois dans un bar irlandais, ils vont obtenir leur premier contrat à Séoul en Corée puis d'autres suivront au Japon : au Tokyo Hilton. Ils vont se mesurer  à l'organisation tatillonne japonaise...