Allemagne et Portugal

Allemagne : (Bavière)

8 Mois à Munich

 

Munich :hiver 1976/77 : A Sveti-Marco, (page précédente) quelques GM allemands m'invitèrent à venir à Munich où la vie jazzistique est paraît-il intense. Comme à Copenhague, chaque soir, je fais la tournée des boîtes et des brasseries pour me faire connaître un soir comme bassiste, le lendemain comme guitariste.

L'organisation allemande: Tous les groupes "New-Orléans" et "Swing" sont engagés pour l'année. D'après mon carnet 77  les tarifs concernant les brasseries allaient de 80 à 100 marks plus 5 chopes d'1/2 litre de bière par musicien. Dans ces lieux, toujours pleins, les groupes changent tous les jours. Ainsi chaque jour de la semaine retrouve sa clientèle fidèle à l'orchestre, clients et musiciens deviennent des copains. La plupart de ces formations jouaient le répertoire Jazz Dixieland très prisé dans les pays anglo-saxons.

Dans les boîtes latinos : "Cumbia" et "Peceta loca" , Duo Trio ou Quartet ne suffisaient pas pour aller de 6h à minuit ! le tarif allait de 30 à 50 marks. Quelquefois à la "Cumbia", j'avais l'occasion de faire des remplacements à la basse dans des quartets de latinos exilés d'Amérique du sud. Dans les lieux de chansons : "Song Parnasse", "Robinson" le tarif était plus bas pour les débutants qui passaient en premier... Dans ces petits clubs, je travaillais  également seul, comme chanteur  m'accompagnant à la guitare et avec mon "rythm'box" (utilisé à Hong-Kong...). Répertoire français : Yves Montant, Michel Legrand, Henri Salvador, Charles Trenet, Claude Nougaro mais aussi puisé dans le répertoire brésilien très apprécié dans certains cabarets branchés. Dans ces lieux de musique, le programme changeait toutes les 1/2 heures et reprogrammé tous les mois en fonction des disponibilités des musiciens et des horaires libres du programme. Certaines semaines, je fus programmé tous les soirs dans 3 lieux différents !


A "Song Parnasse"

Morceaux joués : 5s : Méditaçao (Jobim), 2 m/n 15 : Bidonville, (Nougaro/Gilberto Gil) , 5 m/n 18 : La boliviana "je reviens" (H.Aufray/Traditionnel), 7 m/n 10 : Sweet Gorgia brown. (Bernie /Pinkard) Au cours de la 2° partie d'une soirée à "Song Parnasse" où je passais 4 fois par semaine, un jeune Munichois d'à peine 20 ans passe devant l'estrade avec une conga. Il s'installe à côté de moi... J'aime pas trop ce genre d'intrusion surprise... Ses frappes sur sa conga couvrent ma guitare, c'est  inquiétant pour la suite... Le sonorisateur essaie de corriger la balance au milieu d'un morceau ! puis, le jeu du congaceiro devient extraordinaire, époustouflant!  C'est pour moi un souvenir exaltant même si la prise de son est médiocre. Je n'ai malheureusement pas conservé son nom...


Dans le quartier de Schwabing où j'étais connu comme chanteur de musique brésilienne !  j'ai assuré,tous les samedi après-midi à "Allotria" pendant 6 mois !

Pub a munich

Ainsi, entre Munich et plus tard Berlin, je vais remplacer des  guitaristes ou des bassistes dans plus de 53 orchestres différents, tous amateurs, mais tous de niveaux excellents.


 

France

Eté 1977 : Club Med. Chamonix : L'équipe d'animation du Club au village d'été de Pourtoulès

Club med chamonix 77Notre boulot: père et fils animent le salon de thé ! Olivier (17 ans) a déjà le sens du swing et des belles harmonies sur sa guitare, on assure pendant 3 mois et demi l'animation du "thé à 5 h!" . Excellent pour se forger un répertoire solide.

Extrait d'un enregistrement : Nuages (Django Reinhardt) et Ain't misbehaving (Fats Waller)


40 ans plus tard !! Cette fois à Pontaubert dans l'Yonne : Où sont passées nos tignasses ??

Thèmes joués : 1er A de Polka dots and moonbeans et Honey sucle rose sucle Rose (Fats Waller)


Retour à Munich.

Octobre et novembre 77.  

multon.jpgOlivier est enchanté d'aller jouer en Allemagne. A Pontaubert, on apprend tous les thèmes demandés à Munich.

23 octobre : Le téléphone sonne : Une voix féminine : "je t'ai rencontré toi et Olivier à Chamonix, tu te rappelles ? C'est Sylvie... j'étais en forum... " Un duo de claquettes"... je voudrais vous revoir... - Tu tombes mal, Olivier et moi, on part, on va jouer à Munich!  - OK! Je pars avec vous, j'arrive..." Devant le sourire de mon fils, j'allais pas dire non ! Sylvie Multon, travailleuse acharnée c'est rapidement intégrée au duo. En jazz,  je lui faisais écouter en boucle des 4/4 et des 8/8 de Max Roach afin qu'elle les travaille avec ses pieds, en marquant le contretemps sur le tambourin. Dans les morceaux brésiliens, elle jouait la partie " tamborim" aux pieds, la cloche "agogo" aux mains tout en dansant ! Un vrai phénomène. De sa voix juste, elle chantait les thèmes de Michel Legrand très connus en Allemagne. Soprano, sa voix collait parfaitement avec la mienne on avait la même tessiture ! Notre dodoche nous emmena à Munich.

Présentation du Trio à la Cumbia, puis à la Peceta loca. Une semaine plus tard, on se produisait dans 2 ou 3 boîtes certains soirs. Mais rapidement, grâce au talent de la danseuse, les clients venaient applaudir Sylvie et ses accompagnateurs ! Le côté "show" du trio prenait le dessus, ce qui ne plaisait pas trop à Olivier !, jazzman moderne pur et dur (Barney Kessel, Jimmy Raney,...).

5 Décembre. Un soir dans une boîte où l'on passait tous les soirs, le patron, francophone, sans nous prévenir avait fait venir la télé. Il présenta le trio avec une discrète petite tape sur les fesses de Sylvie suivi d'un "Allez, vas y ma cocotte" ... C'était trop pour Olivier qui aussitôt pris sa guitare et nous laissa en plan, bredouillants, tous les deux devant les techniciens et les spectateurs médusés ! Le soir même, on était viré... Notre trio avait tenu 2 mois !

Le patron, l'air grave me dit: " Philou, ce n'est pas la peine de rester à Munich, tu t'es grillé... Il faut que tu tiennes ton fils... En Allemagne, on est des gens sérieux ". Le lendemain, je partais à Berlin, seul, déprimé, malade avec de la fièvre... Heureusement, j'avais encore des adresses du Club Med. de Sveti Marco!

Olivier et Sylvie, amoureux, retournèrent en France.


Un bœuf mémorable .

Le lendemain, dépité, mais décidé à retrouver du boulot, je me pointe dans une boîte de Jazz où le nom de Barney Kessel était à l'affiche. J'apprends que Barney, entre 2 contrats venait de jouer une semaine en solo et qu'il venait juste de partir... Un ampli était sur le podium, je montre ma guitare et demande au patron si je pouvais "faire un essai..."

J'entame mon répertoire brésilien de Jobim par Meditaçao : ... Que na credito... Un black prenait son whisky au bar. Je l'observe : il sort sa flûte de son étui, vient vers moi et me demande de refaire l'introduction des 8 premières mesures en boucle... Et là, il me sort des chorus extraordinaires... 10 ou 15... !! La salle et le bar étaient vides, le service s'impatientait ! A la fin, ce musicien fabuleux m'offre un dernier verre. Son accent américain me déconcertait mais suffisant pour comprendre qu'il était en tournée avec Lionel Hampton et qu'il s'appelait Franck Wess !!  Ouah !


 

Berlin

(8 mois)

Ute m'a reçu chez elle, m'a soigné une angine carabinée qui m'a interdit de chanter pendant une dizaine de jours, je m'entendais chanter faux !! Puis, guéri, Ute m'a demandé de quitter son appartement. je me suis retrouvé à Kreuzberg, chez une vieille mémé libanaise francophone, dans une chambre minuscule pour 80 marks par mois... Merci à toi Ute en souvenir d'une semaine passée ensemble à Sweti Marco!

77/78 (hiver et printemps)

Berlin 77group international Ce groupe,réunissant 4 nationalités, de style "swing," joue tous les lundis. De gauche à droite, derrière moi : Roy Pellet batteur anglais), de dos : Aki Joachim (vibraphoniste allemand du style Lionel Hampton !), il me rappelait Go Dali que j'accompagnais 15 ans plus tôt ! Jaromir (clarinette tchèque) + un autre Philou dans cette photo bidouillée ! Erik (bassiste allemand) et Andy Laurence (trompette anglais). Dans ce groupe et pour la première fois de ma vie on m'emploie pour jouer dans le style Charlie Christian à la guitare ! C'est un ordre ! et, je fais de mon mieux !! Tout le monde parle anglais.

A Berlin mes semaines sont bien remplies, beaucoup de brasseries emploient des orchestres tous les soirs. Au bout de 2 semaines après avoir fait des bœufs à la guitare et à la basse dans une quinzaine de groupes, je suis devenu : " Philou le remplaçant français" Un autre soir de la semaine, je joue régulièrement les thèmes de Carlos Jobim avec une chanteuse Barbara  (d'origine Panaméenne ) et un guitariste  brésilien "Paolo", qui nous rejoindra l'été 79 Aux "Restanques" (voir page "Les groupe Philou (Yonne)".

Tout comme à Munich La plupart des musiciens à Berlin ont un métier : avocats, dentistes, mécanos... tous sont des amateurs de très bons niveaux musicaux. Tous les dimanches matin on jouait à 9h pour le "frühstück", puis au Marché aux puces sous le métro aérien désaffecté à l'époque. En février, j'ai joué de la basse un matin à partir de 8h devant l'entrée d'un grand Hôtel : le " Kempiski " ( payé double! mais le thermomètre indiquait -10° !)


6 mars 78 TV dans le quintet de "Häns'che Weiss"  :

Berlin 77 henche weissHenche Weiss, émule de Django, est le guitariste de gauche, celui de droite est son fils. Le violoniste , un cousin...?

La famille tzigane a besoin d'un bassiste régulier, après avoir déjà fait plusieurs affaires et quelques télés avec eux. Henche me propose une tournée, il m'invite chez lui pour en parler. Toute la famille est là, seul Henche  parle un peu d'anglais. Les autres musicos ne parlent que le tzigane allemand, ça m'angoissait un peu, je décidai de ne pas les suivre.  Plus tard, mon copain bassiste le suisse Vali Mayer restera plus de 20 ans au sein de ce groupe très connu en Europe et dans le monde. (A Hong-Kong Vali parlait déjà 4 langues...) ça aide! 


Retour en France

24 juin 78 : Concert du groupe vocal "Kodaly" à Voutenay sur Cure : Rencontre de Babeth et Myrtille, deux sœurs musiciennes, on deviendra un Trio musical (voir pages suivantes)


Espagne

Eté 78 : "Duo père et  fils" : Un voyage initiatique. On va au flan au "Club Med" de Cadaquès. On arrive, en dodoche, un dimanche en fin d'après-midi. Je m'adresse au chef de village - "On est un duo de guitare et chant, on a déjà fait une saison au Club à Chamonix avec " Pourtoulès" . - Allez d'abord vous doucher,  passez à table et vous nous ferez un petit show au bar, juste après, avant le spectacle... On resta la semaine mais les conversations de plongeurs à table, c'était pas notre tasse de thé ! ! Un coup de fil de l'animateur nous prépara la suite du voyage. On nous attendait déjà au village de Puerto Maria au sud de l'Espagne. On y resta deux semaines. Puis en suivant la côte, vers l'ouest on arrivera à Albufeira  au Portugal en fin d'après-midi afin de chercher un camping...


Portugal

Alboufeira, été 78, (Algarve) Crading, exténués par la chaleur, on cherche un camping. Sur une place, un monsieur attend la clientèle devant l'entrée d'un  restaurant, je m'adresse à lui  en anglais : "Do you know where ...?  -" Parlez français SVP " ! Puis, apercevant les guitares dans la dodoche.... Oui, on est musiciens...  j'ai monté un duo avec mon fils, on joue et je chante en anglais et en français, on fait du jazz et du brésilien... Il nous montre l'entrée de son hôtel en nous invitant d'abord à aller nous doucher avant de manger... Puis il ajoute : "Ensuite vous sortirez vos guitares !!"  On fit donc tous les soirs et pendant 1 mois l'animation de 2 restaurants chicos d'une chaîne d' hôtels.  Nourris, logés .

Au "Club Maeva" à Puerto del Rey

Albufeira club maevaPuis il nous conseilla d'aller au "Club Maeva" à Puerto del Rey, visiter de sa part son directeur : "Pédébosc" , un ancien chef de village du Club Med. On y restera 1 mois et demi engagés pour faire l'apéritif du soir puis nourris. Les jours suivants, il nous fit passer une heure à "Radio Faro" (Algarve) : 

Thèmes joués : Bidonville (Nougaro Gilberto Gil), 4m/n 12 : Les feuilles mortes (Prévert/Kosma), 7 m/n : Mas que nada (Jorge Ben), 10 m/n 25 : Blusette (Toots Thilermans), 13 m/n 45 : Tristeza (Haroldo)

Olivier portugal 78Tous les soirs, Olivier 18 ans à ses fan's !


St tropez

Septembre 78 : Retour à St Tropez : Pour terminer la saison : retour sur la côte, Favède le chef de village nous offrit de rester 1 mois "au pair" au village du Club Med des "Restanques" près de Ste Maxime . Tony Canal qui venait pour les week-ends aimait bien nous écouter jouer pour les GM's faisant queue devant les grilles des viandes et poissons !  Tous les soirs nous étions libres pour faire la manche aux terrasses des restos de St Tropez

Olivier philou chez menequieDevant chez "Sénéquier" la meilleure terrasse de St tropez, il semble qu'il y ait un refus d'Olivier de rejouer "Nuages", thème de Django demandés mais déjà  joués 1/2 heure avant!


 

 Suite dans "Les groupes Philou" (Page 1 : Yonne)

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau