92/93 L'épopée du Conservatoire à Istres

                                                                                                                                      

"l'épopée" au conservatoire Istres/Fos/Miramas

(Bouches du Rhône.)

 


Juste avant de partir pour Istres...                                                          

palmes-academiques.jpg

Depuis 1 an, je donnais des cours de guitare d'accompagnement à une jeune femme qui chantait très bien Barbara.

Evelyne Delègue travaillait à la Préfecture. Un jour, elle m'a demandé si j'accepterais qu'elle présente ma candidature à l'obtention des Palmes académiques... j'ai du dire : "oui" en rigolant ! Cela a été l'occasion d'un bon gueuleton présidé par Pierre Sélosse le Président de l'EQS devant les parents d'élèves et pour ma mère issue de l'Assistance Publique et élevée dans des fermes du Morvan : une sacrée dose de fierté... Salut à toi Evelyne.


 

A Istres.

1992 Fin mai : Conservatoire de Istres/Fos/Miramas

Mon contrat vient de commencer ! Toutes les semaines, je dois être là pour les préparatifs, afin d'accomplir mes 10h prévues . Mr Bono, le responsable culturel de la Ville de Istres me fait visiter les éventuels emplacements où pourront se passer mes cours... Aucune salle n'est insonorisée... ou prévue de l'être ! Aucun des instruments stipulés dans le contrat : percussions, piano, série complète de xylophones, surdos ... n'est arrivé... A ce sujet, la sympathique secrétaire m' apprend que rien n'est encore commandé, que les subventions pour l'achat d'un piano à queue prévu de longue date par le directeur doivent servir à l'achat du matériel Ecole qui Swingue. "Le directeur n'est pas content du tout" rajoute t' elle. "Ambiance !!!

Réunion des" profs pour la prochaine rentrée des élèves. L'accueil est plutôt froid, on m'observe... le directeur Mr Bréchon me présente devant les 34 professeurs de musique réunis. "qu'est-ce qu"il a ... ♪♫♫♪ ... qui c'est celui la ?" Au secours Vassilliu ! Une seule prof. vient vers moi après les présentations "Moi je connais le métier, j'ai fait les paquebots dans les orchestres de la "Compagnie Paquet" ... je t'enverrai des élèves..." l'accordéoniste Patricia Barduzzi , tiendra parole.

Une autre surprise m'attendait. D'après la secrétaire : sur les 580 élèves du Conservatoire inscrits à la rentrée, chaque année, 1/3 d'entre eux abandonnait après 1 trimestre et un second tiers au début juin de la même année ! Je tombais des nues devant tant de gachis! Par contre, en consultant ses fichiers, elle me proposa de rappeler ceux qui avaient abandonné les années précédente, certains en brouille avec le Directeur (amateur de musique contemporaine). D'autre part, je découvrais avec stupéfaction que le prof de trombone n'avait que 4 élèves...! Le prof de trompette guère plus... Par contre les classes de violon, de guitare classique , d'accordéon et surtout de piano  refusaient du monde. Mes belles prévisions  de répartition, ci-dessous, se cassaient la gueule... Où allais-je trouver des élèves de 2ième année parmi les cuivres nécessaires en fanfare brésilienne, en Jazz et en groupe de musique latino ? Seul, le prof de trompette conseilla deux de ses élèves de s'inscrire en EQS. "j'ai été 1° trompette au Casino de Paris,  je sais ce qu'est "la mise en place" et la rigueur en musique de variété. Quant à Patricia l'accordéoniste de Fos/Mer, elle m'envoya ses meilleurs éléments : une dizaine !


 1992 Octobre : En recherche d'instrumentistes... ! Toujours à la recherche de mes "soufflants", la secrétaire, toujours prête à m'aider, prenait les inscriptions notamment dans d'anciennes listes d'élèves qui avaient abandonné le Conservatoire les années précédentes. La recherche de jeunes instrumentistes m'obcèdait,  il fallait que je respecte ce que j'avais proposé dans mon contrat : la formation d'orchestres d'enfants... Ce projet avait surement été le bienvenu par les membres du SAN  lors de la signature du contrat... et puis, c'était pour moi une  nouvelle étape de l'EQS ... J'y entrevoyais déjà un futur "Cahier 3"...

projet-istres.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Une autre surprise m'attendait : 15 musiciens de la région se présentèrent pour faire une  formation de profs EQS, non prévue dans la convention,  je dus les répartir en 2 groupes . (je pensais prendre, en seconde année François Cocquerillat : excellent sambiste et pédagogue et qui était déjà venu par 2 fois en stage en Bourgogne ). Mes 10h de cours prévues s'annonçaient  déjà bien remplies ...

De mémoire : Patricia Barduzzi accordéoniste, Pascale Petit accordéoniste, Soisic Touraton chanteuse, André Holzer batteur jazz, Gérard Laroche : guitariste jazz, Pierre et Dominque Grivola (guitare et flûte) Guillaume bireau (???) et d'autres dont j'ai oublié les noms... Coucous à tous !

 


journal-de-istres-renove.jpg

Tempête dans un conservatoire !

Le premier clash avec le Directeur eut lieu à propos de l'article ci-contre. Mr Bréchon, furibond

"Qui vous a donné l'autorisation de prendre contact avec un journal... je suis votre supérieur administratif ... "Mais... j'ai fait comme d'habitude, j'y suis allé avec ma vidéo et mon presse-book. J'ai aussi fait paraître une annonce dans plusieurs quotidiens pour réunir, deux mardis de suite, des enfants instrumentistes éventuellement intéressés.. - Mais en quel lieu ? - Dans les locaux de l'Office du Tourisme, son directeur me l'a proposé."  gloups ! ... Silence... Stupéfait... Il est devenu blanc !

Une violoniste exceptionnelle... A l'Office du Tourisme, parmi les parents et ados qui regardaient ma vidéo de Bourgogne, une fille de 14/15 ans  semblait particulièrement excitée. " Maman,  je ne veux plus jouer de violon,  je veux jouer des congas comme la fille : là..."  Elle désignait Isabelle!. J'intervins : "tu sais, je peux t'écrire des parties de violon, cela existe en musique cubaine dans les orchestres de style "Charanga". - Non, c'est des congas que je veux jouer...."

Le drame  fut pour son professeur de violon, qui, vu le talent de la gamine insistait depuis un an auprès des parents pour la présenter au concours d'entrée du Conservatoire de Paris, ce qui n'enchantait pas du tout la famille ! Quant à la gamine, en cours d'année, je n'ai jamais pu lui faire sortir son violon ! Elle s'éclatait tellement sur les congas! . Pour le directeur et certains profs ,ce fut la goutte d'eau , j'étais devenu l'homme à abattre !


Fête du printemps 93 à Istres :


21 Juin 93 Fêtes de la Musique Sur demande de la Mairie de Istres, l'Ecole qui Swingue doit participer à la Fête de la Musique. Mes 45 élèves dont 15 adultes en formation vont tenir la scène toute l'après-midi. Devant le refus du directeur de sortir les xylos, xylo basse, congas, surdo, percussions, piano, et ampli de guitare du Conservatoire, devant ce blocage, je décide donc d'amener de Junas tous ces instruments appartenant à l'EQS (de Bourgogne!). Colère noire du directeur, la fête de la musique aura bien lieu!.  Evidemment les relations avec celui-ci sont exécrables... Les parents d'élèves me soutiennent et vont se mobiliser, signer une pétition pour que je puisse être réintégré dans un autre cadre : celui par exemple de la "Maison pour Tous". Problème : le matériel acheté par le SAN sur le budget du Conservatoire appartient désormais au Conservatoire ! Dans un tel climat ma belle expérience fut stoppée net : l'application, l'année suivante, du  "Cahier 2" de ma méthode  devenait tout simplement impossible.

Sans liberté de concerts, c'était paralyser la dynamique de ma pédagogie.Pascale

Je refusai donc de signer la prolongation du contrat  entre l'Association EQS et le SAN. Je tiens à remercier le professeur d'accordéon : Patricia Barduzzi  pour sa collaboration : la moitié de ses élèves s'étaient inscrits à l'EQS dès la rentrée !

 

 

Fin de l'expérience EQS en Conservatoire

On peut retrouver ces 3 vidéos  dans la page : "Vidéos en 1ière année"

Merci aux copains... à François Cocquerillat, sambiste rencontré lors des stages EQS à Pontaubert et à Soisic Touraton, chanteuse de talent qui nous ont offert de quoi nous loger pendant plusieurs mois à Montpellier puis à Restinclières dans l'Hérault, le temps de nous chercher, Paulette et moi, une  niche bien à nous.

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau